Le petit espagnol

Ou, en langage originel, le pequeño.

Rapport à son poil dru et noir, et sa modeste taille. Son corps illustre parfaitement l’absence de tout effort physique. Préfère la partie discrète des douches car il n’hésite pas à retirer son boxer de bain (alors que le règlement l’interdit) s’il se trouve à côté d’un mâle à son goût. Une variante plus classique, après avoir maté son voisin, est, face contre mur, yeux fermés, de s’astiquer la tige dans une sorte de transe.

Essaye, comme les autres cas, de donner le change en segmentant ses ablutions par plusieurs passages aux toilettes. Ceci permet de changer de douche et donc de voisin.
Une autre de ses astuces est d’arriver au moment proche de la fermeture, il profite ainsi de la forte concentration aux douches, plein de messieurs ont alors terminé leur séance piscine et vont se savonner.
Il ne semble ne pas dédaigner le bassin, mais ne nage pas : il reste côté pataugeoire pour quelques minutes, voire s’assoie sur le bord, et profite de la vue.

Me retrouvant parfois voisin de ce pequeño et ne pouvant que regarder autre chose que le carrelage, j’ai pu constater l’état de ses ongles de pieds. L’on ainsi peut le renommer en « pied-de-troll ». S’il veut séduire ses pairs et plus si affinités, qu’il le fasse donc en chaussettes, sinon c’est pas possible.