Les touristes

On avait les envahisseurs avec leur petit doigt dressé. Les scénaristes ne se sont pas foulés les neurones pour pondre la nouvelle série en vogue, voici en exclusivité dans vos bassins locaux : les touristes.
Je vous laisse imaginer la petite chose qui est censée être dressée…

Toujours un, voire deux individus. Jamais les mêmes, par définition : un tour et puis s’en va. Et qui se dénotent trop facilement. D’abord parce qu’ils sont inconnus dans notre tatabase (oui, même autiste léger, j’arrive à les capter sans aucun souci, pour ensuite faire des recoupages avec les thons déjà fichés). Ensuite de part leur présence, comment dire… une vraie moule au fond de la piscine serait largement moins incongrue qu’eux.
Et puis, à les voir nager… même s’ils s’appliquent jusqu’au maniérisme, ça se voit qu’ils sont incapables d’avaler un tout petit minuscule kilomètre.

Un bon point quand même : leur plastique est assez potable. Je déconseillerai quand même de porter de l’aussieBum modèle « precision tomahawk » kaki quand on ne fait que de la brasse non sportive. Ce que j’ai vu n’était définitivement pas à la hauteur du slip.

Bien sûr, pour pas changer, ça patauge et ça se passe ensuite côté straight shower. J’ai vu cet autre touriste reparaître plusieurs fois autour du bassin, faire la pose pour mater on ne sait quoi, puis re-disparaître aux douches. Il devait attendre quelqu’un, mais mon petit doigt (oui, j’en ai un) me dit qu’il n’allait pas trouver de prince charmant dans ce lieu. Son dépit était touchant, j’en ai eu presque pitié.

Et de désespérer qu’un lieu public soit un tantinet dévoyé par des gars dominés par les démangeaisons de leur petit membre. Faudrait leur dire que leur main droite (ou gauche, ou les deux) pourrait très bien les soulager. Ou les inviter à essayer les sauna gay. Cela leur éviterait d’être de mauvais acteurs dans cette mauvaise série.