Les mains baladeuses

Et une peloteuse de fesses, une !

Lente comme une limace, elle embraye quand même à la vitesse supérieure quand elle se fait doubler. Merci la politesse.

C’est toujours délicat quand on doit croiser les lents en fin de ligne, sur le bord. Bingo, elle ne supporte pas que sa politesse soit grillée là. Au bord, je m’apprête à reprendre la course quand je sens une main me peloter la fesse gauche. Je dois m’arrêter pour protester, mais reçois à la place son aigreur et ses récriminations. Même pas la place de lui dire ce que je pense. Une tape sur l’épaule aurait suffit, mais non ; il faut croire que me presser fermement une fesse est plus utile.

Elle repart. Donc un peu furieux, je repars aussi, et le double à vitesse Warp 9.9 pour lui mettre la honte. Non mais !

Si elle savait que, même grisonnante, même bien gaulée (sauf que l’intérieur est assez moche), cette personne est plus jeune que ma pomme…