La piscine du Rhône

NB : cette piscine ayant fait l’objet d’une rénovation en 2014, la description des lieux est caduque. Les douches sont maintenant mixtes (grand merci !), la drague homo se fait maintenant plus discrètement au milieu des hétéros.

Même en été, on n’est pas en vacances. On change de lieu pour les quartiers d’été, et on croise de nouvelles têtes d’ampoules. Enfin, quand on dit « croiser », c’est forcément contre sa volonté.

Au niveau topologie, les douches de cet établissement sont alignées de chaque côté d’une longue allée. Chaque douche est séparée de sa voisine par un haut muret. Donc lorsqu’on se place dans un de ces box, on ne peut voir que trois box en face. Et comme d’habitude, ce n’est pas mixte.

Deux méthodes pour ces excités :

– se placer dans un box de douche en face d’un box occupé par une personne « potable », et profiter de la vue. Là, pas d’autre solution que de feindre l’ignorance et de faire fissa fissa. La distance est trop longue pour rendre leur regard par une gifle.

– faire des allées et venues le long de cette allée. Et mater subrepticement le contenu de chaque box. Ce qui c’est passé ce matin.
Constatation : plus ils sont petits, plus ça les travaille. Et comme d’habitude, ça les travaille jusqu’au ridicule. J’ai remarqué 4 allées-venues de ce nain pendant mes ablutions, après mes 3 Km de crawl. Et pour son travail dans le bassin ; que de la gueule : un plongeon alors que c’est interdit, un sprint en crawl juste pour faire le kakou, et ensuite quelques longueurs en brasse inélégante. Résumé : mouillage pour se faire repérer, et retour à la bipédie pour son safari photo.

Mais revenons aux douches : ce gugusse a-t-il remarqué le système caméra vidéo qui filme cette allée ? Les gars à la sécurité doivent bien de se marrer en matant les vidéos, soit dit en passant. Un trésor pour l’éthologie.